1/42

L’exposition s’inspire d’une histoire vraie, vécue par mes grands-parents, par ma mère ainsi que ses frères et sœurs, pendant leur expatriation en Éthiopie, en plein colonialisme italien, en 1938. 

Le récit, écrit par ma grand-mère, raconte ce voyage aventureux et passionnant, à la découverte d’un nouveau monde, empli d’espoir pour le futur de l’Italie, mais qui se termine dramatiquement avec la deuxième guerre mondiale. 

Mon grand-père, zoologiste-explorateur, envoyé en Afrique comme expert de la faune Africaine, a été fait prisonnier de guerre dès 1941 pendant cinq ans. 

 

En 1942, ma grand-mère, avec ses six enfants, dont un bebé de deux mois, est obligée de rentrer en Italie, faisant partie d’une des plus imposantes opérations humanitaires de rapatriement de l’Histoire. Vingt-huit mille réfugiés civils Italiens ont été évacué de l’Éthiopie, l’Érythrée, et la Somalie  et ramenés en Italie pendant la guerre. Femmes, enfants et personnes âgées ont voyagé pendant cinquante jours sur des bateaux de la Croix Rouge ; les « Navi Bianche », surchargées de personnes épuisés et souffrantes, provenant en partie des camps de concentration Britanniques. Beaucoup d’enfants sont décédés. 

 

J’ai eu la chance de pouvoir vivre auprès de  ma grand-mère Giulia jusqu’à l’âge de trente ans. Je l’ai beaucoup aimée. Son récit et ses lettres m’ont permis de mieux la connaitre, d’entrer en contact avec la partie intime et réservée de sa vie cachant tant de drames. Cette histoire parle de mes racines. J’ai pu reconstruire en partie des morceaux importants du puzzle de l’histoire de notre famille. 

 

L’héritage de ma grand-mère se lit dans les valeurs laissés par son exemple et par l’amour de la peinture à laquelle elle m’a initiée.

J’ai commencé cette sorte de collaboration posthume avec elle, en m’inspirant  de ses contes, prolongeant ainsi l’émotion que ceux-ci m’ont donnée. Ainsi la sentant  plus proche, mon œuvre lui rend hommage  et donne une continuité à son existence et à la mienne.

 

Beaucoup de matériel conservé en famille m’a permis de visualiser certain morceaux de vie passée, des paysages, des documents, des lettres.

 

Ici une petite récolte qui a contribué à inspirer ma création.